LE TÉNOFOVIR DIMINUE LE RISQUE DE TRANSMISSION PÉRINATAL DE L’HÉPATITE B

Une étude randomisée chinoise publiée dans le New England Journal Of Medecine a comparée chez les patientes enceintes ayant une hépatite B chronique et une charge virale supérieure à 200 000 UI/ml un traitement par ténofovir au placebo. Le traitement était débuté à la 30ème semaines d’aménorrhée et continué jusqu’à 4 semaines après l’accouchement. Les enfants recevaient tous une sérovaccination à la naissance. 200 femmes enceintes ont été randomisées. Le tenofovir diminuait la charge virale en dessous de 200 000 UI/ML à la naissance chez 68% des patientes sous tenofovir contre 2% des patientes sous placebo (P<0.001). Le risque de transmission de l’hépatite B était significativement plus bas chez les patientes traitées par tenofovir (5%) comparées aux patientes traitées par placebo (18%, P=0.007). Le profil de tolérance pour la mère et l’enfant était bon. Au total, chez les patientes enceintes avec une hépatite B chronique et une PCR VHC > 200 000 UI/ml, un traitement par ténofovir diminue significativement la transmission périnatale du virus de l’hépatite B en association avec la sérovaccinsation.

FOIE ET GROSSESSE

Les recommandations de l’American college of gastroenterology et une revue dans Journal of Hepatology sur les atteintes hépatiques au cours de la grossesse paraissent quasiment simultanément.