UTILISATION SÉQUENTIELLE DES TESTS NON-INVASIFS DE FIBROSE

Dans une population tricentrique de 741 patients NAFLD sélectionnés par la biopsie hépatique, cette étude a évalué plusieurs stratégies utilisant de façon séquentielle les tests non-invasifs de fibrose.

Un algorithme utilisant un test sanguin simple en première ligne (FIB4 ou NFS) puis le Fibroscan en seconde ligne, permettait d’obtenir une très bonne performance diagnostique tout en réduisant le nombre de cas pour lesquels le diagnostic reste indéterminé avec donc nécessité d’effectuer une biopsie hépatique.

Une autre étude réalisée chez 3754 patients avec biopse hépatique a développé et validé un algorithme séquentiel utilisant un nouveau test sanguin en première ligne : le eLIFT qui a l’avantage d’utiliser des paramètres simples et d’être calculé « de tête » sans recours à un calculateur informatique. Le test de seconde ligne était le FibroMètreVCTE qui a l’avantage d’associer la performance du FibroMètre à celle du Fibroscan.

L’utilisation d’un test simple en première ligne devrait faciliter le diagnostic de la fibrose chez les nombreux patients ayant une hépatopathie chronique.

MÉTA-ANALYSE DU CAP

Cette méta-analyse a inclus les données individuelles de 19 études ayant évalué la performance du CAP mesuré avec la sonde M du Fibroscan pour le diagnostic non-invasif du grade de stéatose hépatique.

2735 patients ont été finalement inclus, majoritairement avec une hépatite virale (VHC: 36.5% et VHB: 36.7%; NAFLD: 19.6%, autres: 7.2%).

Les seuils pour le diagnostic du grade de stéatose ≥1, ≥2, et ≥3 étaient 248 dB/m, 268 dB/m et 280 dB/m.

Le BMI influençait significativement la concordance entre le grade de stéatose histologique et celui prédit par le CAP.

MÉTA-ANALYSE: PRONOSTIC DE LA FIBROSE HÉPATIQUE DANS LA NAFLD

Cette meta-analyse a regroupé les données de 5 études longitudinales (1495 patients, 17 452 patients-années).

La mortalité globale dans la NAFLD était significaitivement augmentée dès le stade de fibrose F1

La mortalité hépatique augmentait significativement à partir du stade de fibrose F2

18% de la mortalité globale était attribuable au foie chez les patients F2, 24% chez les patients F3, et 59% chez les patients F4.

EVALUATION NON INVASIVE DE L’HYPERTENSION PORTALE

Cette revue de la littérature fait une synthèse très complète des techniques utilisant les ultrasons (élasticité hépatique et splénique avec différentes machines) disponibles pour évaluer de manière non invasive l’hypertension portale. Les avantages et inconvénients de chaque technique sont présentés, de même qu’une proposition de prise en charge fondée sur l’élastographie.

ETUDE PROSPECTIVE DE L’UTILITÉ DE BIOMARQUEURS PLASMATIQUES POUR DIAGNOSTIQUER UNE HÉPATITE ALCOOLIQUE

Le diagnostic d’hépatite alcoolique nécessite une biopsie du foie par voie transjugulaire. Cette technique n’est cependant pas disponible dans tous les centres.

Cette étude prospective Franco-Espagnole a inclus 151 malades avec suspicion d’hépatite alcoolique : 83 malades dans une cohorte test, 68 dans une cohorte de validation. Onze biomarqueurs potentiels ont été testés. C’est la cytokératine 18 soluble (forme M65 ou M30) qui donnait les meilleurs résultats. Une hépatite alcoolique pouvait être écartée chez les malades ayant un taux de cytokératine 18 M65 < 614 U/L (valeur prédictive négative de 88%). A l’inverse, les malades ayant un taux de cytokératine 18 M65 > 2000 UI/L (valeur prédictive positive de 91%) étaient très à risque d’avoir une hépatite alcoolique. Chez les malades ayant des taux de cytokératine 18 M65 entre 641 et 2000 U/L (environ un tiers des malades), une biopsie restait indispensable.

A LA RECHERCHE DE BIOMARQUEURS POUR ÉVALUER LA SÉVÉRITÉ DE LA NAFLD

Cette étude a évalué 32 biomarqueurs plasmatiques « spécialisés » chez 648 patients NAFLD de la base de donnée américaine du NASH CRN.

Ces biomarqueurs ont été évalués pour le diagnostic de plusieurs cibles diagnostiques: présence d’une NASH, stéatose >33%, inflammation lobulaire grade 2-3, présence de ballooning, fibrose significative F2-4. Les biomarqueurs indépendamment associés à chaque cible diagnostique ont été identifiés par analyse multivariée ajustée sur les paramètres clinico-biologiques.

Pour la NASH, le seul biomarqueur indépendant était l’aPAI1 (activated plasmingen activartor inhibitor 1).

Pour la fibrose significative, 7 biomarqueurs ont été identifiés: IL-8, MCP-1, resistin, sIL-1R1, sIL-2Ra, TNFa, et IGFII.

Ces biomarqueurs pourront être utilisés pour améliorer les tests non-invasifs des lésions hépatiques de NAFLD.

AMÉLIORATION DE L’INTERPRÉTATION DU RÉSULTAT DU FIBROSCAN EN PRENNANT EN COMPTE LE CAP

Une étude récente a montré que la stéatose hépatique influençait la dureté hépatique mesurée par le Fibroscan (Petta, Hepatology 2015). Or, le Fibroscan permet maintenant d’évaluer le degré de statose hépatique grace au Controlled Attenuation parameter (CAP). Le CAP a l’avantage d’être déterminé dans le même temps que la mesure de la dureté hépatique et ces deux résultats sont disponibles simultanément lors de l’examen avec le Fibroscan.

Ce travail réalisé chez 324 patients NAFLD a montré que la prise en compte du résultat du CAP dans l’interprétation du résultat du Fibroscan permettait de réduire le taux de faux-positifs et d’améliorer la valeur prédictive positive. Un arbre décisionnel prennant en compte la dureté hépatique et le CAP est proposé dans l’article.

DU MICROBIOTE AUSSI DANS LE SANG !!!

Cette étude a été menée dans deux cohortes de patients NAFLD: 50 patients espagnols (cohorte de dérivation) et 71 patients italiens (cohorte de validation).

Le microbiote sanguin a été mesuré dans le sang par qPCR ciblée sur la région hypervariable de l’ARN ribosomial 16S.

Les résultats ont montré que l’ADN bactérien était significativement plus élevé chez les patients ayant une fibrose, et ce dans les deux cohortes de patients.

Le microbiote sanguin: nouvelle piste physiopathologique ? nouveau biomarqueur de fibrose ?

TESTS NON INVASIFS ET RISQUE D’HYPERTENSION PORTALE CLINIQUEMENT SIGNIFICATIVE ET DE VARICES CHEZ LES MALADES AVEC CIRRHOSE COMPENSÉE

L’existence d’une hypertension portale cliniquement significative (gradient de pressions hépatiques à 10 mm Hg ou plus) et de varices œsophagiennes a un impact pronostique et thérapeutique. Différents tests non invasifs ont été proposés : élasticité hépatique par Fibroscan, « LSPS » (fondé sur l’élasticité hépatique, le taux de plaquettes et la taille de la rate) et le ratio « taux de plaquettes / taille de la rate ».

Le but de cette étude effectuée dans 4 centres Européens et 1 Canadien était de tester la valeur de ces différents tests non invasifs pour estimer l’existence d’une hypertension portale cliniquement significative et de varices.

518 malades avec maladie chronique du foie compensée (élasticité hépatique > 10 kPa) ont été inclus. A la fois le LSPS et un modèle combinant l’élasticité hépatique et les taux de plaquettes permettaient d’identifier un groupe de malade à faible risque (<5%) d’avoir des varices nécessitant un traitement. Ceci suggére que ces marqueurs peuvent être utilisés pour décider de faire ou de pas une endoscopie digestive haute de dépistage. Ainsi, les malades ayant un LSPS < 1,33 (un quart des malades) ou ceux ayant l’association d’un taux de plaquettes à plus de 150'000 /mm3 et une élasticité hépatique < 20 kPa (30% des malades) avaient moins de 5% de risque d’avoir des varices nécessitant un traitement.