UN ARGUMENT FORT EN FAVEUR DU DÉPISTAGE DES MALADIES CHRONIQUES DU FOIE

Cette étude a évalué l’impact de l’accès aux spécialistes d’hépato-gastroentérologie sur la survie des patients avec une maladie chronique du foie dans une cohorte de 10 170 vétérans américains.

Les patients avec une maladie chronique du foie qui avaient consulté au moins une fois un spécialiste HGE avaient une survie significativement supérieure à celle des patients n’ayant jamais consulté. Il y avait même un « effet-dose »: ceux qui avaient consulté au moins trois fois avaient une meilleure survie que ceux qui n ‘avaient consulté qu’une seule ou deux fois.

VALIDATION DE L’ÉLASTOGRAPHIE IMPULSIONNELLE ULTRASONORE DANS L’HÉPATITE AUTOIMMUNE

Cette étude Allemande visait à évaluer la performance diagnostique de l’élastographie impulsionnelle ultrasonore (Fibroscan) chez les malades atteints d’hépatite auto-immune et de déterminer l’impact de l’activité de la maladie sur la précision diagnostique.

Une cohorte test de 34 malades et une cohorte de validation de 60 malades ont été inclus.

L’élasticité hépatique corrélait fortement avec la fibrose histologique. L’AUROC pour le diagnostic de cirrhose était de 0.95 avec un seuil à 16 kPa. Les performances du Fibroscan étaient altérées lorsque le Fibroscan était effectué dans les 3 mois suivant le début du traitement. Durant cette période, l’histologie corrélait avec le grade d’acivité mais pas avec le stade de fibrose.

L’inflammation a donc un impact majeur sur l’élasticité hépatique dans les premiers mois du traitement des hépatites auto-immunes.

DIAGNOSTIC DE LA FIBROSE HÉPATIQUE DANS LA NAFLD À L’AIDE DE TESTS SIMPLES

Ce travail a évalué la performance de 7 tests sanguins calculés à partir de variables simples pour le diagnostic non-invasif de la fibrose hépatique chez 145 patients avec une NAFLD inclus dans un centre américain.
Les AUROC du FIB4 et du FibroMètreNAFLD étaient significativement supérieures à celle des autres tests. Par contre, le FibroMètreNAFLD était plus sensible que le FIB4. Inversement, le FIB4 étiat plus spécifique que le FIbroMètreNAFLD.

UN TEST DE NASH À PARTIR DE VARIABLES SIMPLES

Cette étude a inclus 405 patients avec une NAFLD prouvée histologiquement dans deux centres tertiaires américains. L’objectif était de développer un test pour le diagnostic non-invasif de NASH à partir de paramètres simples disponibles en pratique clinique.

6 variables identifées par l’analyse multivariée (BMI, HTA, diabète, ASAT, plaquettes, ferritine) ont été combinées dans un nouveau score, le NASH predictive score (NPS). Le NPS avait une AUROC à 0.81 pour le diagnostic non-invasif de NASH. En utilisant deux seuils diagnostiques, il était possible d’exclure la NASH avec 85% d’exactiture (NPS ≤35) et de l’affirmer avec 91% d’exactitude (NPS ≥79). 46% des patients avaient un diagnostic indétermine (35< NPS <79).

BIOMARQUEURS SANGUINS ET TUMORAUX DU CARCINOME HÉPATOCELLULAIRE EN FONCTION DE L’ÉTIOLOGIE

Cet article publié dans Journal of Hepatology a étudié des biomarqueurs sanguins (503 patients) et tumoraux (immunohistochimie chez 125 patients et séquençage chez 69 patients) chez des patients inclus dans l’essai randomisée de phase 3 comparant l’everolimus au placebo en deuxième ligne du carcinome hépatocellulaire (CHC) avancé. Un taux élevé de VEGF (vascular andothelial growth factor) et de VEGFR circulant (vascular andothelial growth factor receptor) était associé à une survie globale moins bonne en analyse multivariée. 38% des patients avaient une surexpression de cMET significative et cette surexpression n’était pas associée au pronostique. De plus, cMET était moins fréquemment positif chez les patients ayant un CHC liés à l’hépatite B. Les mutations somatiques des gènes PTEN et TSC2 étaient plus fréquentes chez les patients avec CHC liés à l’hépatite B.

UN SCORE POUR PRÉDIRE LA RÉGRESSION DE LA NASH APRÈS LA PERTE DE POIDS

Ce travail est une étude ancillaire de celle récemment publiée par Vilar-Gomes dans Gastroenterology en 2015 (PMID: 25865049) dans laquelle les auteurs ont évalué l’influence de l’ampleur de la perte de poids sur la régression des lésions histologiques de NAFLD.

Il s’agissait maintenant de développer et valider un score permettant de prédire la résolution de la NASH après la perte de poids. Un modèle incluant 5 variables (age, diabète de type 2, score NAS >= 5, % de perte de poids, et transaminases normale à la fin du suivi) permettait de prédire correctement la régression ou la persistance de la NASH chez 87% des patients avec 90% d’exactitude dans la population de validation.