DÉPISTAGE DE LA FIBROSE HÉPATIQUE DANS UNE COHORTE FRANÇAISE DE DIABÉTIQUES

Cette étude a évalué l’intérêt du Fibroscan pour le dépistage de la fibrose hépatique dans une cohorte de 705 patients pour lesquels un diabète (glycémie à jeûn ≥7 mmol/l) a été récemment mis en évidence au cours d’un check-up médical dans un centre social.

Une mesure de la dureté hépatique a été effectué avec la sonde M du Fibroscan chez tous les patients. Le résultat était valide pour 455 patients, invalide pour 18, et 250 patients avaient un échec de mesure. La sonde XL a été utilisée pour les 250 patients en échec de mesure avec la sonde M : 232 résultats étaient valides, 14 invalides et 4 en échec de mesure.

Parmi les 669 patients avec une mesure valide :

– 85 (12.7%) avaient un résultat ≥8.0 kPa suggérant une fibrose significative

– 49 (7.3%) un résultat ≥9.6 kPa suggérant une fibrose avancée

– 14 (2.1%) un résultat ≥13.0 kPa suggérant une cirrhose.

47 patients sur les 85 ayant une dureté hépatique ≥8.0 kPa ont eu une biopsie hépatique : 23 avaient une fibrose nulle/minime (F0-2 selon la classification du NASH-CRN), 16 avaient une fibrose avancée F3 et 8 avaient une cirrhose.

Tous les patients cirrhotiques avaient une dureté hépatique ≥13.0 kPa.

Cette étude confirme les résultats de l’étude d’Hong-Kong et l’intérêt du Fibroscan pour le dépistage de la fibrose hépatique chez les patients diabétiques. La prévalence de la fibrose avancée chez les diabétiques pourrait être aux alentours de 5-10%. Cependant, l’accès des diabétologues à cette technologie reste actuellement très limité. Une stratégie débutant avec un test simple (sanguin ?) suivi d’une élastométrie chez les patients à risque pourrait être un bon compromis.

LA SÉVÉRITÉ DE LA NAFLD EST ASSOCIÉE À UNE MODIFICATION DU PROFIL PLASMATIQUE DES ACIDES BILIAIRES

Ce travail a évalué le profil plasmatique des acides biliaires dans la NAFLD. 82 patients ont été inclus : 62 patients avec une NAFLD prouvée histologiquement (25 NAFL et 37 NASH) ainsi que 24 patients contrôles.

La sévérité de la NAFLD était associée à une modification du profil des acides biliaires, notamment une augmentation du rapport acides biliaires primaires / secondaires. Parmi les acides biliaires primaires, c’était surtout les formes conjuguées qui étaient augmentées, et l’acide cholique par rapport à l’acide chenodésoxycholique. Ce profil était associé à une tendance à la diminution de l’activation de FXR, et est connu pour être associé à l’insulinorésistance.

Ce travail renforce l’intérêt de l’étude des acides biliaires dans la physiopathologie et le traitement de la NASH.

CRITÈRES DE FIABILITÉ DU CAP MESURÉ AVEC LA SONDE M DU FIBROSCAN

A l’aide d’une impulsion mécanique sur la peau, la sonde du Fibroscan génère une onde élastique qui traverse le foie. En plus de la mesure de la vitesse de cette onde (qui permet ensuite de calculer la dureté hépatique), le Fibroscan mesure maintenant l’atténuation de l’onde dans le foie. Ce nouveau paramètre appelé CAP (Controlled Attenuation Parameter) est bien corrélé au degré de stéatose du foie (Karlas, J Hepatol 2017).

Cette étude a recherché les critères de fiabilité du CAP (mesuré avec la sonde M du Fibroscan) pour le diagnostic de la stéatose. 754 patients avec une hépatopathie chronique biopsiée ont été inclus dans 3 centres (Bordeaux, Palerme, Hong-Kong). La stéatose était définie par la présence de >5% d’hépatocytes contenant des vésicules lipidiques sur la biopsie hépatique.

Les analyses dans la population de dérivation, confirmées dans la population de validation, ont montré qu’un IQR du CAP >40 était associé à une moins bonne performance du CAP pour le diagnostic de stéatose hépatique.

UN NOUVEAU TRAITEMENT ANTIFIBROSANT DANS LA NASH?

Cet essai randomisé-contrôlé versus placebo a évalué le Cenicriviroc, un antagoniste des récepteurs CCR2 et CCR5, chez 289 sujets ayant une NASH avec un score NAS ≥4 et un stade de fibrose F1-3.

Bien que l’objectif principal de l’étude n’ait pas été atteint (réduction significative du score d’activité NAS d’au moins deux points, sans aggravation de la fibrose), l’étude était positive sur un deux deux critères de jugement secondaire (amélioration de la fibrose, ≥1 stade, sans aggravation de la NASH): 20% dans le groupe Cenicriviroc vs 10% dans le groupe placebo (p=0.02).

Sur la base de ces résultats, une étude internationale de phase 3 a récemment débuté.

RÔLE DU TABAC ET DU SYNDROME MÉTABOLIQUE SUR LA SURVENUE DU CARCINOME HÉPATOCELLULAIRE CHEZ LES PATIENTS AVEC HÉPATITE VIRALE B

Cette étude taiwanaise a inclus 1690 hommes avec hépatite B chronique comparés à 1289 patients de même âge sans hépatopathie virale. 158 patients ont développés un CHC dans le groupe hépatite B versus 5 dans le groupe contrôle. Chez les patients avec hépatite B, les patients sans syndrome métabolique avaient une incidence du CHC de 4.83% à 10 ans alors que l’incidence était de 13.6% chez les patients avec au moins 3 facteurs métaboliques. De manière intéressante, le tabagisme actif était associé à un risque plus élevé d’avoir un CHC chez les patients avec une hépatite B et un syndrome métabolique.

Au total, le syndrome métabolique et le tabac augmentent le risque de survenue du CHC chez les hommes avec une hépatite B chronique

LA SÉVÉRITÉ DE L’INFLAMMATION INTESTINALE AU COURS DES MICI N’EST PAS ASSOCIÉE À LA SÉVÉRITÉ DES LÉSIONS DE NAFLD

Il a été montré que dans un modèle expérimental de NASH, la colite induite par facteur pharmacologique aggravait l’inflammation et la fibrose hépatiques. Il est donc licite de penser que chez les patients porteurs d’une MICI, la colite aggrave les lésions de NAFLD. Cette étude américaine rétrospective a inclus 84 patients présentant à la fois une MICI et une NAFLD : 24 avec rectocolite hémorragique, 60 avec maladie de Crohn, 55,9% de femmes, 33% avec un syndrome métabolique. Les patients avec syndrome métabolique avaient un NAFLD Fibrosis Score plus élevé que les patients sans syndrome métabolique. Par contre, l’extension des lésions de MICI et la sévérité de la MICI n’étaient pas corrélés au NAFLD Fibrosis Score, de même que les médicaments reçus pour le traitement de la MICI (corticoides et anti-TNF alpha). Au total, cette étude ne permet pas de montrer que l’inflammation intestinale chronique aggrave les lésions de NAFLD chez l’homme.

MÉTA-ANALYSE DU CAP

Cette méta-analyse a inclus les données individuelles de 19 études ayant évalué la performance du CAP mesuré avec la sonde M du Fibroscan pour le diagnostic non-invasif du grade de stéatose hépatique.

2735 patients ont été finalement inclus, majoritairement avec une hépatite virale (VHC: 36.5% et VHB: 36.7%; NAFLD: 19.6%, autres: 7.2%).

Les seuils pour le diagnostic du grade de stéatose ≥1, ≥2, et ≥3 étaient 248 dB/m, 268 dB/m et 280 dB/m.

Le BMI influençait significativement la concordance entre le grade de stéatose histologique et celui prédit par le CAP.

MÉTA-ANALYSE: PRONOSTIC DE LA FIBROSE HÉPATIQUE DANS LA NAFLD

Cette meta-analyse a regroupé les données de 5 études longitudinales (1495 patients, 17 452 patients-années).

La mortalité globale dans la NAFLD était significaitivement augmentée dès le stade de fibrose F1

La mortalité hépatique augmentait significativement à partir du stade de fibrose F2

18% de la mortalité globale était attribuable au foie chez les patients F2, 24% chez les patients F3, et 59% chez les patients F4.

NAFLD: MÉTAGÉNOMIQUE DU MICROBIOTE INTESTINAL ET MÉTABOLOMIQUE

Ce travail a inclu 86 patients américains avec une NAFLD prouvée histologiquement. Un séquençage de l’ensemble du génome du microbiote intestinal a été réalisé (whole-genome shotgut sequencing) et une analyse métabolomique a été effectuée sur le sérum d’un sous-groupe de 56 patients.

L’analyse du microbiote intestinal a permis de mettre au point une signature microbienne associée à la présence de la fibrose hépatique avancée (AUROC: 0.94). Les analyses métagénomiques et métabolomiques permettent de mettre en avant des hypothèses sur des nouveaux aspects physiopathologiques de la maladie, a confirmer dans d’autres séries de patients et par des études mécanistiques chez l’animal.