Maladies du foie : suis-je à risque ? Que dois-je faire ?

La question de la surveillance du bilan du foie se pose essentiellement pour les personnes qui sont à risque de développer une maladie hépatique grave en raison de problèmes de santé autres que le foie, de la prise de médicaments de manière prolongée ou de facteurs de risque de risque de maladie du foie. Mais pas seulement…
null

Tout le monde est concerné !

En dehors des situations qui présentent des risques spécifiques, il faut se rappeler que l’une des maladies du foie les plus fréquentes en France reste l’hépatite C, maladie pour laquelle un traitement très efficace est possible (quasiment 100% de chances de guérison avec les nouveaux médicaments qui sont très bien tolérés et donnée pour une période courte, contrairement aux anciens traitements à base d’interféron).

Diagnostiquer l’hépatite C est très important car c’est une maladie qui évolue à bas bruit pendant de nombreuses années. Beaucoup de situations exposent à des risques de contamination : tatouages, transfusions dans les années 60, 70 ou 80, piercings, toxicomanie intraveineuse ou sniffée, etc. Dans le cas de la toxicomanie, une seule consommation peut suffire à transmettre le virus.

Il faut donc faire le test ! Une simple prise de sang peut nous nous rassurer ou alors diagnostiquer l’infection, avec des chances de guérison excellentes avec les nouveaux traitements !

Ai-je une maladie qui peut atteindre le foie ?

Les principales maladies ne touchant pas initialement le foie mais qui peuvent donner une atteinte au niveau hépatique sont le diabète, la plupart des cancers, certains désordres de système immunitaire.

  • Le diabète peut être responsable d’une accumulation de graisse au niveau du foie (on parle de stéatose)
  • la plupart des cancers peuvent donner des métastases au niveau du foie (envoi de cellules cancéreuses depuis l’organe malade vers le foie par la circulation sanguine)
  • certaines maladies caractérisées par un désordre du système immunitaire peuvent donner une atteinte du foie qui peut évoluer en parallèle d’une atteinte d’autres organes ou indépendamment.

Dans tous ces cas, le médecin qui prend en charge la maladie principale prescrit une surveillance du foie qui repose souvent sur une prise de sang et un examen d’imagerie médicale (échographie ou scanner par exemple). Bien entendu, il ne faut pas généraliser les examens et chaque maladie a sa surveillance propre.

La prise de médicaments est-elle dangereuse pour mon Foie ?

La prise de certains médicaments peut être responsable d’une atteinte du foie, on parle alors d’hépatite médicamenteuse. Dans l’immense majorité des cas, l’hépatite médicamenteuse n’est pas grave mais elle nécessite souvent l’arrêt du médicament responsable. En cas de risque plus important lié à la prise de certains médicaments, une surveillance systématique de la prise de sang est proposée et cela fait partie des recommandations d’utilisation de ces médicaments (par exemple les produits de chimiothérapie ou certains médicaments biologiques –appelés biothérapies- donnés pour une maladie articulaire, neurologique ou cutanée). La surveillance du bilan du foie (prise de sang) est alors proposée par le médecin spécialiste qui prescrit le médicament potentiellement responsable de toxicité au niveau du foie.

Suis-je concerné par certains facteurs de risque ?

Les facteurs de risque de maladie du foie sont essentiellement représentés par l’obésité et le surpoids, la consommation excessive d’alcool et la consommation de tabac.

  • En cas de consommation excessive d’alcool, notamment quotidienne, il est logique de proposer une surveillance régulière de la prise de sang et de prendre l’avis d’un médecin spécialiste des maladies du foie en cas d’anomalie. La simple prise de sang permet de surveiller le foie avec une très grande efficacité. L’objectif est d’identifier les dégâts causés par l’alcool avant qu’une maladie grave ne s’installe (cirrhose ou cancer du foie).
  • En cas d’obésité et de surpoids, il est important de faire un bilan hépatique par prise de sang régulièrement et de consulter un spécialiste si les résultats sont anormaux. Comme pour le diabète, l’obésité et le surpoids se traduisent par une accumulation de graisse dans le foie qui peut entraîner une cirrhose ou un cancer du foie après plusieurs années. La perte de poids permet d’améliorer de manière très importante l’état de fonctionnement du foie.
  • La consommation de tabac est également mauvaise pour le foie. Il semble que le fait de fumer accélère la progression vers la cirrhose des maladies du foie comme l’hépatite B et l’hépatite C, la consommation excessive d’alcool, etc. Le tabac est également un facteur de risque reconnu de cancer du foie (comme c’est le cas pour d’autres cancers comme le cancer du poumon, de la gorge ou de l’œsophage).

En conclusion…

Prendre soin et surveiller son foie est important, ce d’autant que la plupart des atteintes du foie ne donnent des symptômes que tardivement, alors que des lésions déjà importantes se sont développées.

Il est donc préférable d’organiser la surveillance avec son médecin traitant ou son médecin spécialiste. Les examens simples (prise de sang, échographie) apportent des renseignements très précis et très fiables. Il ne faut donc pas hésiter à en parler avec son médecin traitant.