META-ANALYSE DES TESTS NON-INVASIFS DE FIBROSE DANS LA NAFLD

Cette méta-analyse a inclus les données de 64 études (13 294 patients) sur les tests non-invasifs dans la NAFLD.

Les tests non-invasifs étudiés étaient :

– Les tests sanguins BARD, NAFLD fibrosis Score, APRI, FIB4

– Les méthodes d’élastométrie : Fibroscan (sondes M et XL), SuperSonic Imagining, élastométrie par résonnance magnétique

Les performances des différents tests pour le diagnostic de fibrose significative, de fibrose avancée, et de cirrhose sont détaillées dans l’article.

Les conclusions de l’étude, basées sur des comparaisons entre les tests, sont à prendre avec beaucoup de précaution car les résultats utilisés sont issus d’études différentes et non de comparaisons directes sur les mêmes populations.

CIRRHOSE NASH OU CRYPTOGÉNÉTIQUE?

Cette étude a consulté le registre UNOS sur la période 2002 – 2016 pour comparer les caractéristiques des patients avec une cirrhose cryptogénétique (n=7 999) à celles des patients ayant une cirrhose sur NASH (n=11 302), une cirrhose alcoolique (n=21 714) ou une cirrhose auto-immune (n=3 447).

De 2002 à 2016, le nombre de cirrhoses sur NASH augmentait considérablement (1% à 16%), reflétant l’épidémie de NASH, alors que le nombre de cirrhoses cryptogénétiques diminuait de 8% à 4% reflétant probablement une meilleure idenfication des causes de cirrhose et notamment un meilleur classement des cirrhoses d’origine dysmétabolique en « cirrhose NASH ».

Les facteurs indépendamment associés à l’étiologie NASH de la cirrhose étaient : le diabète de type deux, l’obésité, l’âge, le sexe feminin, et la race blanche. Bien que les taux de patients diabétiques et de patients obèses chez les cirrhoses cryptogénétiques étaient significativement supérieur à ceux observés chez les cirrhoses alcooliques et les cirrhoses auto-immunes, ils restaient significativement inférieurs aux taux observés chez les cirrhoses sur NASH. Ces différences persistaient après ajustement sur l’âge, le sexe, et l’année d’inscription sur la liste; ainsi qu’après stratification sur le diabète de type deux ou sur l’obésité.

Les auteurs concluent que les cirrhoses cryptogénétiques sont différentes des cirrhoses sur NASH et que, par conséquent, les cirrhoses cryptogénétiques ne peuvent pas être considérées comme des cirrhoses sur NASH dans les études épidémiologiques. Néanmoins, ces conclusions sont basées sur la cause de la cirrhose enregistrée dans le registre UNOS qui a probablement évolué dans le temps et s’est améliorée avec la meilleure connaissance de l’histoire naturelle de la NAFLD.